Skip to main content Skip to search

Archives for Non classé

STRATÉGIE : Agriculture du futur

Nouvelles technologies, mutualisation des moyens, changement de pratiques… Les exploitants, petits et grands, se distinguent par leur esprit d’innovation.

Les Nations unies classent la Tunisie parmi les pays « pauvres
en eau », avec 450 m3 disponibles par habitant et par an. Un chiffre derrière lequel se cache la spirale infernale du changement climatique : augmentation de la température, pluviométrie aléatoire, production agricole en berne et, in fine, baisse des revenus. Dès 2013, la Banque mondiale avertissait que, du fait du réchauffement climatique, la croissance
agricole pourrait baisser de 0,3 à 1,1 point de pourcentage par an jusqu’en 2050.
Cette récession, couplée à la hausse attendue des prix des produits agricoles importés, devrait coûter entre 2 et 2,7 millions de dollars à l’économie sur trente ans.

Malgré ces avertissements, les autorités ont continué de promouvoir une agriculture intensive, se félicitant des bons résultats des filiales oléicoles et fruitières (dattes, agrumes) et occultant les déficits dus à l’importation massive de céréales et d’intrants… Jusqu’à récemment. « Quand l’Iresa [Institut de la recherche et de l’enseignement supérieur agricoles] m’a expliqué qu’il réfléchissait à des programmes de substituts aux intrants, l’eau y compris, j’ai réalisé qu’il y avait enfin une vraie prise de conscience », se félicite Rim Mathlouti, présidente de l’Association
tunisienne de permaculture (ATP). Une ouverture dont la jeune femme compte bien profiter : elle souhaite élaborer un double master en partenariat avec le pôle de compétitivité français AgroParisTech.

Séquenceur ADN
Méthode de culture intégrée et évolutive s’inspirant d’écosystèmes naturels et de techniques traditionnelles, la permaculture s’adapte très bien à l’appauvrissement du sol subi par la Tunisie. L’Agence de la vulgarisation et de la formation agricoles (AVFA) la considère d’ailleurs comme une « technique innovante », ouvrant la voie à des aides aux agriculteurs souhaitant s’y conformer. En septembre 2019, elle a également signé une
convention avec l’ATP pour que cette dernière forme les employés de l’agence à la permaculture. La très scientifique et moderne Banque nationale des gènes (BNG) remet également le passé au goût du jour en préservant et en multipliant les génotypes autochtones grâce à des équipements de pointe, dont un séquenceur ADN.

La course à la productivité est d’autant plus vaine que la Tunisie souffre d’un fort morcellement des terres (70 % des paysans possèdent des exploitations de moins de 10 ha), qui rend difficile une augmentation des rendements. Résultat, les exploitants doivent soit vendre à des grandes sociétés agricoles, au risque de transformer le paysage rural en vastes champs de monoculture, soit se contenter d’une production vivrière.

Pour y remédier, le ministère de l’Agriculture redécouvre les avantages des
coopératives. Décriées après l’échec de la collectivisation forcée des années 1960, celles-ci renaissent. Alors que seuls 8 % des agriculteurs ont accès
aux crédits bancaires, les coopérants, par la force du nombre, peuvent par exemple obtenir des rabais auprès des fournisseurs ou bénéficier d’une couverture maladie.

En 2019, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement ont publié un rapport poussant l’État à moderniser ses sociétés mutuelles de services agricoles (SMSA) en les rendant moins
contraignantes – le type de cultures est imposé aux adhérents – et à leur trouver un modèle de financement viable.
Si l’agriculture se tourne de plus en plus vers le passé pour se trouver un futur, la technologie 4.0, celle des objets connectés, est également mise à contribution. Elle peut non seulement faciliter une agriculture raisonnée, mais aussi conserver et attirer les jeunes dans les régions touchées par la désertification rurale. Sur les 191 start-up labellisées par l’État, 11 travaillent dans le domaine prometteur de « l’agritech ». Et, pour exemple,
en 2019, la Tunisie a signé avec la Corée du Sud un partenariat portant sur l’utilisation de drones pour cartographier le centre du pays afin d’améliorer les rendements.

Read more

Veille commerciale en Libye

Semaine du 20 février 2014

Marché public et appel d’offre en Libye

– Medical Supply Organization : AO pour la fourniture de médicaments – http://www.mso-ly.com/

– AO pour la fourniture d’équipement médical – http://www.mso-ly.com/.

– Civil Aviation Authority : Appel à enregistrement des sociétés souhaitant travailler avec la LYCAA (y compris celles enregistrées par le passé).

 

Semaine du 2 mars 2014

– Ministère des Transports : reconstruction des quais 10 à 14 du port de Tripoli.

– Medical Supply Organizaiton: AO pour différents équipements médicaux – http://www.mso-ly.com

– Mabruk Oil Operation : AO pour installation de séparation du pétrole et des eaux. Voir : http://mabrukoil.com/?page_id=16

– Azzawia Oil Refinery : pré-qualification pour la construction d’un gazoduc. Voir : http://www.arc.com.ly/index.php?option=com_content&view=article&id=122:prequalification-of-specialized-companies-for-natural-gas- transmission-pipeline-&catid=34:2013-01-10-22-33-12&Itemid=18

Read more